Citations sur la passion

Une collection de citations sur le thème de passion.

Avec

Un total de filtre 244 citations:


Che Guevara photo
Vincent Van Gogh photo
Publicité
Charles Baudelaire photo
Honoré de Balzac photo
Honoré de Balzac photo
Jean de La Bruyère photo
François de La Rochefoucauld photo
François de La Rochefoucauld photo
Publicité
Honoré de Balzac photo

„La mort rapproche autant qu’elle sépare, elle fait taire les passions mesquines.“

—  Honoré de Balzac romancier, critique littéraire, essayiste, journaliste et écrivain français 1799 - 1850

François de La Rochefoucauld photo
François de La Rochefoucauld photo

„L'absence diminue les médiocres passions, et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies et allume le feu.“

—  François de La Rochefoucauld écrivain, moraliste et mémorialiste français 1613 - 1680
http://books.google.com/books?id=QSdPNfXQavAC&q=%22L'absence+diminue+les+m%C3%A9diocres+passions+et+augmente+les+grandes+comme+le+vent+%C3%A9teint+les+bougies+et+allume+le+feu%22&pg=PA75#v=onepage

 Voltaire photo
Publicité
François de La Rochefoucauld photo
Honoré de Balzac photo
Marcel Proust photo
Yasmina Khadra photo

„Dans le ciel, où tant de romances s’étaient diluées jadis, un croissant de lune se mouche dans un nuage. Par-dessus le muret de la résidence, on peut voir les lumières de Jérusalem, avec ses minarets et le clocher de ses églises qu’écartèle désormais ce rempart sacrilège, misérable et laid, né de l’inconsistance des hommes et de leurs indécrottables vacheries. Et pourtant, malgré l’affront que lui fait le Mur de toutes les discordes, Jérusalem la défigurée ne se laisse pas abattre. Elle est toujours là, blottie entre la clémence de ses plaines et la rigueur du désert de Judée, puisant sa survivance aux sources de ses vocations éternelles auxquelles ni les rois de naguère ni les charlatans d’aujourd’hui n’auront accédé. Bien que cruellement excédée par les abus des uns et le martyre des autres, elle continue de garder la foi – ce soir plus que jamais. On dirait qu’elle se recueille au milieu de ses cierges, qu’elle recouvre toute la portée de ses prophéties maintenant que les hommes se préparent à dormir. Le silence se veut un havre de paix. La brise crisse dans les feuillages, chargée d’encens et de senteurs cosmiques. Il suffirait de prêter l’oreille pour percevoir le pouls des dieux, de tendre la main pour cueillir leur miséricorde, d’une présence d’esprit pour faire corps avec eux.
J’ai beaucoup aimé Jérusalem, adolescent. J’éprouvais le même frisson aussi bien devant le Dôme du Rocher qu’au pied du mur des Lamentations et je ne pouvais demeurer insensible à la quiétude émanant de la basilique du Saint-Sépulcre. Je passais d’un quartier à l’autre comme d’une fable ashkénaze à un conte bédouin, avec un bonheur égal, et je n’avais pas besoin d’être un objecteur de conscience pour retirer ma confiance aux théories des armes et aux prêches virulents. Je n’avais qu’à lever les yeux sur les façades alentour pour m’opposer à tout ce qui pouvait égratigner leur immuable majesté. Aujourd’hui encore, partagée entre un orgasme d’odalisque et sa retenue de sainte, Jérusalem a soif d’ivresse et de soupirants et vit très mal le chahut de ses rejetons, espérant contre vents et marées qu’une éclaircie délivre les mentalités de leur obscur tourment. Tour à tour Olympe et ghetto, égérie et concubine, temple et arène, elle souffre de ne pouvoir inspirer les poètes sans que les passions dégénèrent et, la mort dans l’âme, s’écaille au gré des humeurs comme s’émiettent ses prières dans le blasphème des canons...“

—  Yasmina Khadra écrivain algérien 1955

Prochain