„Il lutta pour sa vie. Il lutta avec toute la vigueur de ses dix-neuf ans jusqu'à ce que son bras finisse par lui peser comme s'il était de plomb. Il lutta en attaquant et en parant, piquant avec la pointe de son sabre, taillant de revers, arrachant son corps aux mains qui tentaient de le désarçonner, s'ouvrant un passage dans ce labyrinthe de boue, d'acier, de sang, de plomb et de poudre. Il cria sa peur et sa bravoure jusqu'à en avoir la gorge à vif. Et pour la deuxième fois, il se retrouva en train de chevaucher en dehors des lignes ennemies, en rase campagne, la pluie lui fouettant la figure, entouré de chevaux sans cavaliers qui galopaient, affolés. Il palpa son corps et éprouva une joie féroce en n'y découvrant aucune blessure. Ce n'est qu'en portant la main à sa joue droite, qui le brûlait, qu'il la retira tachées de sang.“

Publicité

Citations similaires

James Joyce photo
Publicité
André Breton photo
Guy de Maupassant photo
Michel Onfray photo
Arturo Pérez-Reverte photo
Marek Halter photo
André Breton photo
Publicité
Maximilien de Robespierre photo
Karl Marx photo
Publicité
Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues photo
Robert Silverberg photo
André Breton photo
 Colette photo
Prochain