Yasmina Khadra citations

Yasmina Khadra photo
118   35

Yasmina Khadra

Date de naissance: 10. janvier 1955

Publicité

Yasmina Khadra est le nom de plume de l'écrivain algérien Mohammed Moulessehoul , né le 10 janvier 1955 à Kenadsa dans la wilaya de Bechar dans le Sahara algérien. Ce pseudonyme est composé des deux prénoms de son épouse.

Auteurs similaires

Abd el-Kader photo
Abd el-Kader3
homme politique et un chef militaire algérien
Hocine Aït Ahmed photo
Hocine Aït Ahmed2
homme politique algérien
Maxence Fermine photo
Maxence Fermine7
écrivain français
Chinua Achebe photo
Chinua Achebe2
Écrivain nigérian
Andrew Coburn photo
Andrew Coburn44
écrivain américain
Jacques Cazotte photo
Jacques Cazotte6
écrivain français
Edmond Jabès photo
Edmond Jabès19
écrivain et poète français
 Plaute photo
Plaute23
poète comique, acteur, chef de troupe théâtrale et auteur d…
Étienne de La Boétie photo
Étienne de La Boétie11
écrivain, poète et homme politique français

Citations Yasmina Khadra

Publicité

„Dans le ciel, où tant de romances s’étaient diluées jadis, un croissant de lune se mouche dans un nuage. Par-dessus le muret de la résidence, on peut voir les lumières de Jérusalem, avec ses minarets et le clocher de ses églises qu’écartèle désormais ce rempart sacrilège, misérable et laid, né de l’inconsistance des hommes et de leurs indécrottables vacheries. Et pourtant, malgré l’affront que lui fait le Mur de toutes les discordes, Jérusalem la défigurée ne se laisse pas abattre. Elle est toujours là, blottie entre la clémence de ses plaines et la rigueur du désert de Judée, puisant sa survivance aux sources de ses vocations éternelles auxquelles ni les rois de naguère ni les charlatans d’aujourd’hui n’auront accédé. Bien que cruellement excédée par les abus des uns et le martyre des autres, elle continue de garder la foi – ce soir plus que jamais. On dirait qu’elle se recueille au milieu de ses cierges, qu’elle recouvre toute la portée de ses prophéties maintenant que les hommes se préparent à dormir. Le silence se veut un havre de paix. La brise crisse dans les feuillages, chargée d’encens et de senteurs cosmiques. Il suffirait de prêter l’oreille pour percevoir le pouls des dieux, de tendre la main pour cueillir leur miséricorde, d’une présence d’esprit pour faire corps avec eux.
J’ai beaucoup aimé Jérusalem, adolescent. J’éprouvais le même frisson aussi bien devant le Dôme du Rocher qu’au pied du mur des Lamentations et je ne pouvais demeurer insensible à la quiétude émanant de la basilique du Saint-Sépulcre. Je passais d’un quartier à l’autre comme d’une fable ashkénaze à un conte bédouin, avec un bonheur égal, et je n’avais pas besoin d’être un objecteur de conscience pour retirer ma confiance aux théories des armes et aux prêches virulents. Je n’avais qu’à lever les yeux sur les façades alentour pour m’opposer à tout ce qui pouvait égratigner leur immuable majesté. Aujourd’hui encore, partagée entre un orgasme d’odalisque et sa retenue de sainte, Jérusalem a soif d’ivresse et de soupirants et vit très mal le chahut de ses rejetons, espérant contre vents et marées qu’une éclaircie délivre les mentalités de leur obscur tourment. Tour à tour Olympe et ghetto, égérie et concubine, temple et arène, elle souffre de ne pouvoir inspirer les poètes sans que les passions dégénèrent et, la mort dans l’âme, s’écaille au gré des humeurs comme s’émiettent ses prières dans le blasphème des canons...“

—  Yasmina Khadra

Publicité

„Comment t’as fait pour t’en sortir? lui demande Einstein éberlué.
— J’sais pas. Là-bas, on se pose pas ce genre de question. On est là, et c’est tout. Tu t’y habitues. Tu crois que le plus dur est passé, mais t’es jamais au bout de tes surprises. C’est comme si tu marchais dans la vallée des ténèbres. Plus tu avances, plus tu t’enfonces. Et plus tu relèves, et plus tu te dis c’est pas possible, j’suis mort, c’sont d’autres diables qui prennent possession de mon corps. Je vous jure que c’est la vérité. Tu te dis je me connais, je connais mes limites, j’peux pas avoir parcouru tout ce chemin et rester vivant. C’est dingue. C’est ainsi que j’ai appris qu’un homme est capable d’aller au-delà de la mort et de revenir. Ça m’est arrivé. Vous savez ce qu’est le mitard? Eh bien, ça n’a rien à voir avec ce que l’on imagine, car il dépasse l’imagination. Toucher le fond, ça a du sens, au mitard. Quelqu’un qui a pas échoué au mitard peut pas savoir ce que c’est, toucher le fond. T’es au bas de l’échelle, et tu es absorbé par le sol comme une rinçure. Tu disparais de la surface de la Terre. T’es tellement mal que tu cesses de souffrir. Les minutes deviennent des jours, et les jours des éternités. Tu te mets à voir des choses incroyables, et le mur, dans le noir total, a soudain des oreilles et des yeux. C’est au mitard que j’ai senti la présence du Seigneur. Il était si près que je percevais son souffle sur mon visage. Il avait de la peine pour moi...“

—  Yasmina Khadra

„[S]oudain, au tréfonds des abysses, une lueur infinitésimale... Elle frétille, approche, se silhouette lentement; c’est un enfant... qui court; sa foulée fantastique fait reculer les pénombres et les opacités... Cours, lui crie la voix de son père, cours... Une aurore boréale se lève sur les vergers en fête; les branches se mettent aussitôt à bourgeonner, à fleurir, à ployer sous leurs fruits. L’enfant longe les herbes folles et fonce sur le Mur qui s’effondre telle une cloison en carton, élargissant l’horizon et exorcisant les champs qui s’étalent sur les plaines à perte de vue... Cours... Et il court, l’enfant, parmi ses éclats de rires, les bras déployés comme les ailes des oiseaux. La maison du patriarche se relève de ses ruines; ses pierres s’époussettent, se remettent en place dans une chorégraphie magique, les murs se redressent, les poutres au plafond se recouvrent de tuiles; la maison de grand-père est debout dans le soleil, plus belle que jamais. L’enfant court plus vite que les peines, plus vite que le sort, plus vite que le temps... Et rêve, lui lance l’artiste, rêve que tu es beau, heureux et immortel... Comme délivré de ses angoisses, l’enfant file sur l’arête des collines en battant des bras, la frimousse radieuse, les prunelles en liesse, et s’élance vers le ciel, emporté par la voix de son père : On peut tout te prendre; tes biens, tes plus belles années, l’ensemble de tes joies, et l’ensemble de tes mérites, jusqu’à ta dernière chemise – il te restera toujours tes rêves pour réinventer le monde que l’on t’a confisqué.“

—  Yasmina Khadra

Publicité

Help us translate English quotes

Discover interesting quotes and translate them.

Translate quotes
Prochain
Anniversaires aujourd'hui
Jean-Luc Mélenchon photo
Jean-Luc Mélenchon20
personnalité politique française 1951
Jonathan Coe photo
Jonathan Coe10
écrivain britannique 1961
Albert Jay Nock photo
Albert Jay Nock
journaliste américain 1870 - 1945
George Gamow
1904 - 1968
Un autre 69 ans aujourd'hui
Auteurs similaires
Abd el-Kader photo
Abd el-Kader3
homme politique et un chef militaire algérien
Hocine Aït Ahmed photo
Hocine Aït Ahmed2
homme politique algérien
Maxence Fermine photo
Maxence Fermine7
écrivain français
Chinua Achebe photo
Chinua Achebe2
Écrivain nigérian