„Il marchait. Il marcha jusqu'à la nuit. Il s'était déjà beaucoup éloigné de la ville lorsque la faim s'empara de lui. Et la soif. Les passions, les ambitions, les idées, les projets ne viennent qu'en seconde ligne. Il faut d'abord boire, et manger, et dormir, et tout le reste. Sans jamais en souffler mot dans les torrents de livres et de films qui nous tombent sur la tête, nous passons notre temps à mener notre corps au garage, à le ravitailler et à le vidanger. De La Princesse de Clèves au Soulier de satin, en passant par Adolphe et par La Chartreuse de Parme, on dirait que nos héros sont munis d'une dispense de trimbaler un corps. Ils n'ont le droit que de faire l'amour parce que l'amour est le lien entre le rêve et la machine. Nous sommes une machine avant d'être un esprit et une âme. Il peut y avoir des machines sans esprit et sans âme. Dans ce monde au moins, il n'y a pas d'esprit et d'âme sans qu'il y ait une machine. Ahasvérus avait soif. Et il avait faim. la nuit tombait. Il aperçut une lumière qui brillait dans une maison. Il poussa la porte après l'avoir frappée de son bâton et il entra dans la maison.“

— Jean d'Ormesson

Publicité

Citations similaires

Alan Turing foto
Frantz Fanon foto

„ô mon corps, fait toujours de moi un homme qui s'interroge.“

— Frantz Fanon psychiatre et essayiste français martiniquais 1925 - 1961
Black Skin, White Masks

Publicité
Stuart Merrill foto
Aldo Leopold foto
Gilles Deleuze foto
Gilles Deleuze foto
Mustafa Kemal Atatürk foto
Tupac Shakur foto
Publicité
Adolf Hitler foto
Christopher Hitchens foto
Yasmina Khadra foto
Ibn Khaldoun foto
Publicité
Yasmina Khadra foto
Virginie Despentes foto
Yasmina Khadra foto
Prochain