„Le désir n'a pas pour objet des personnes ou des choses, mais des milieux tout entiers qu'il parcourt, des vibrations et flux de toute nature qu'il épouse, en y introduisant des coupures, des captures, désir toujours nomade dont le caractère est d'abord le « gigantisme » […]. Bref, les milieux sociaux ou biologiques font l'objet d'investissements de l'inconscient qui sont nécessairement désirants ou libidinaux, par opposition aux investissements préconscients de besoin et d'intérêt. […] En vérité, la sexualité est partout : dans la manière dont un bureaucrate caresse ses dossiers, dont un juge rend la justice, dont un homme d'affaires fait couler l'argent, dont la bourgeoisie encule le prolétariat, etc. Et il n'y a point besoin de passer par des métaphores, pas plus que la libido, de passer par des métamorphoses. Hitler faisait bander les fascistes. Les drapeaux, les nations, les armées, les banques font bander beaucoup de gens. Une machine révolutionnaire n'est rien si elle n'acquiert pas au moins autant de puissance de coupure et de flux que ces machines coercitives.“

— Gilles Deleuze

Publicité

Citations similaires

Mustafa Kemal Atatürk foto
Publicité
Nicolas de Condorcet foto
Benoît Hamon foto
Jean-Marie Pelt foto
Jean Chrysostome foto
Alan Turing foto
Vladimir Poutine foto
Publicité
Claude Debussy foto
Aimé Césaire foto
Frantz Fanon foto
Frantz Fanon foto

„ô mon corps, fait toujours de moi un homme qui s'interroge.“

— Frantz Fanon psychiatre et essayiste français martiniquais 1925 - 1961
Black Skin, White Masks

Publicité
Yasmina Khadra foto
Roald Dahl foto
Souleymane Cissé foto
Prochain