Pierre-Joseph Proudhon citations

Pierre-Joseph Proudhon photo
9   0

Pierre-Joseph Proudhon

Date de naissance: 15. janvier 1809
Date de décès: 19. janvier 1865

Publicité

Pierre-Joseph Proudhon, né le 15 janvier 1809 à Besançon dans le Doubs et mort le 19 janvier 1865 à Paris, est un polémiste, journaliste, économiste, philosophe et sociologue français. Précurseur de l'anarchisme, il est le seul théoricien révolutionnaire du XIXe siècle à être issu du milieu ouvrier.

Autodidacte, penseur du socialisme libertaire non étatique, partisan du mutuellisme et du fédéralisme, il est le premier à se réclamer anarchiste, en 1840, partisan de l’anarchie, entendue en son sens positif : « La liberté est anarchie, parce qu'elle n'admet pas le gouvernement de la volonté, mais seulement l'autorité de la loi, c'est-à-dire de la nécessité »,.

Il est l'auteur de plus de soixante livres.

En 1840, dans son premier ouvrage majeur, « Qu'est-ce que la propriété ? ou Recherche sur le principe du Droit et du Gouvernement », il rend célèbre la formule « La propriété, c’est le vol »,,. Dans ce même ouvrage, il est le premier auteur à utiliser l'expression « socialisme scientifique » ; il écrit : « de même la souveraineté de la volonté cède devant la souveraineté de la raison, et finira par s'anéantir dans un socialisme scientifique ».

En 1846, il donne dans son « Système des contradictions économiques ou Philosophie de la misère », une explication de la société fondée sur l’existence de réalités contradictoires. Ainsi la propriété manifeste l’inégalité mais est l'objet même de la liberté, le machinisme accroît la productivité mais détruit l’artisanat et soumet le salarié. La liberté elle-même est à la fois indispensable mais cause de l'inégalité.

En 1848, dans « Solution du problème social », il élabore la théorie du crédit à taux zéro qui anticipe le fonctionnement des mutuelles d’aujourd'hui. Il imagine la création d’une banque d’échange ou « banque du peuple », dont le but est l’abolition de la monnaie, du salariat, la suppression de toute prise d’intérêt et de toute réalisation de profit dans le cadre des structures d’échange entre les individus.

En 1849, dans son livre « Les Confessions d’un révolutionnaire pour servir à l’histoire de la Révolution de Février », Proudhon écrit entre autres choses la phrase « L’anarchie c’est l’ordre sans le pouvoir ».

En 1858, anticlérical dans « De la justice dans la Révolution et dans l’Église », véritable somme contre l'Église de son temps, il prône l’abolition de toutes les formes de pensée et d’organisation ecclésiales au profit des formes égalitaires, anti-hiérarchiques'.

En 1863, dans « Du Principe fédératif et de la nécessité de reconstituer le Parti de la Révolution » et en 1865 dans « De la Capacité politique des classes ouvrières », il est un des premiers théoriciens du fédéralisme, entendu non pas seulement comme libre association des communes mais comme point de jonction entre l’industrie et la campagne, l’ouvrier et le paysan.

En 1863, dans « Les Démocrates assermentés et les réfractaires », il pose les bases du refus de toute participation aux élections lorsqu’elles sont truquées, dévoyées par le pouvoir bonapartiste, détournées par le système capitaliste, manipulées par ceux qui font et défont les cartes électorales. Il ne condamne pas la démocratie ou le suffrage universel en eux-mêmes mais leur manipulation au profit des intérêts capitaliste et étatique.

Auteurs similaires

Michel Onfray photo
Michel Onfray51
philosophe français
Émile Durkheim photo
Émile Durkheim12
sociologue français
Nicolas de Condorcet photo
Nicolas de Condorcet6
philosophe, mathématicien et homme politique français
Hannah Arendt photo
Hannah Arendt27
philosophe américaine d'origine allemande
Michel Henry28
philosophe français
Michel Serres photo
Michel Serres7
philosophe, historien des sciences et homme de lettres fran…
Louis Althusser3
philosophe français
Edmond Thiaudière photo
Edmond Thiaudière3
homme de lettres français
Ibn Khaldoun photo
Ibn Khaldoun6
philosophe, sociologue, historiographe et historien islamiq…

Citations Pierre-Joseph Proudhon

Publicité
Publicité
Publicité

„To name a thing is easy: the difficulty is to discern it before its appearance.“

—  Pierre Joseph Proudhon
Context: To name a thing is easy: the difficulty is to discern it before its appearance. In giving expression to the last stage of an idea, — an idea which permeates all minds, which to-morrow will be proclaimed by another if I fail to announce it to-day, — I can claim no merit save that of priority of utterance. Do we eulogize the man who first perceives the dawn? Yes: all men believe and repeat that equality of conditions is identical with equality of rights; that property and robbery are synonymous terms; that every social advantage accorded, or rather usurped, in the name of superior talent or service, is iniquity and extortion. All men in their hearts, I say, bear witness to these truths; they need only to be made to understand it. Ch. I: "Method Pursued in this Work. The Idea of a Revolution"

„It is necessary to have lived in this insulator which is called the national assembly, in order to perceive how the men who are the most completely ignorant of the state of the country are almost always the ones who represent it.“

—  Pierre Joseph Proudhon
Context: It is necessary to have lived in this insulator which is called the national assembly, in order to perceive how the men who are the most completely ignorant of the state of the country are almost always the ones who represent it. I set myself to read everything that the distribution bureau sends the representatives: proposals, reports, brochures, even the Moniteur and the Bulletin of the laws. The greater part of my colleagues of the left and the extreme left were in the same perplexity of spirit, in the same ignorance of the daily facts. The national workshops were spoken of only with a kind of fright; for fear of the people is the defect of all those who belong to authority; the people, as concerns power, is the enemy.

„Eternity precedes us, eternity follows us: between two infinites, of what account is one poor mortal that the century should inquire about him?
Disregard then, reader, my title and my character, and attend only to my arguments.“

—  Pierre Joseph Proudhon
Context: Of what consequence to you, reader, is my obscure individuality? I live, like you, in a century in which reason submits only to fact and to evidence. My name, like yours, is truth-seeker. My mission is written in these words of the law: Speak without hatred and without fear; tell that which thou knowest! The work of our race is to build the temple of science, and this science includes man and Nature. Now, truth reveals itself to all; to-day to Newton and Pascal, tomorrow to the herdsman in the valley and the journeyman in the shop. Each one contributes his stone to the edifice; and, his task accomplished, disappears. Eternity precedes us, eternity follows us: between two infinites, of what account is one poor mortal that the century should inquire about him? Disregard then, reader, my title and my character, and attend only to my arguments. Ch. I: "Method Pursued in this Work. The Idea of a Revolution"

Help us translate English quotes

Discover interesting quotes and translate them.

Translate quotes
Prochain
Anniversaires aujourd'hui
Frantz Fanon photo
Frantz Fanon32
psychiatre et essayiste français martiniquais 1925 - 1961
Alexandre le Grand photo
Alexandre le Grand4
roi de Macédoine -356 - -323 avant J.-C.
Edward T. Hall4
anthropologue 1914 - 2009
Carol Grace
actrice américaine 1924 - 2003
Un autre 67 ans aujourd'hui
Auteurs similaires
Michel Onfray photo
Michel Onfray51
philosophe français
Émile Durkheim photo
Émile Durkheim12
sociologue français
Nicolas de Condorcet photo
Nicolas de Condorcet6
philosophe, mathématicien et homme politique français
Hannah Arendt photo
Hannah Arendt27
philosophe américaine d'origine allemande
Michel Henry28
philosophe français