John Henry Newman citations

John Henry Newman foto
9  0

John Henry Newman

Date de naissance: 21. février 1801
Date de décès: 11. août 1890

Publicité

Le bienheureux cardinal John Henry Newman, né à Londres le 21 février 1801 et mort à Edgbaston le 11 août 1890, est un ecclésiastique, théologien et écrivain britannique converti au catholicisme en 1845.

Étudiant à l'Université d'Oxford, il est ordonné prêtre anglican. Ses travaux sur les Pères de l'Église le conduisent à analyser les racines chrétiennes de l'anglicanisme et à défendre l'indépendance de sa religion face à l'État britannique, sous la forme de « tracts ». Ainsi naît le Mouvement d'Oxford, dont John Newman est l'un des principaux acteurs. Ses recherches sur les Pères de l’Église et sa conception de l’Église l'amènent à se convertir au catholicisme, qu'il voit désormais comme la confession la plus fidèle aux racines du christianisme. C'est au cours de cette période qu'il écrit le célèbre poème Lead, kindly Light.

Il part pour l'Irlande afin de fonder une université catholique à Dublin, à la demande des évêques de ce pays. Pour mieux faire comprendre sa conception de l’éducation et de la science il donne un cycle de conférences : L'Idée d'université, avant de démissionner en 1857 à cause du manque de confiance de la part des évêques irlandais face à son entreprise. Sa conversion au catholicisme est incomprise et critiquée par ses anciens amis anglicans. Il est aussi regardé avec méfiance par une partie du clergé catholique anglais du fait de ses positions considérées comme très libérales. En réaction à des calomnies, John Newman décrit sa conversion au catholicisme dans Apologia Pro Vita Sua. Cet ouvrage change la perception des anglicans à son égard et accroît sa notoriété. L’incompréhension suscitée par la proclamation du dogme de l’infaillibilité pontificale conduit Newman à défendre l’Église et la place primordiale de la conscience dans sa Lettre au duc de Norfolk. Sa conception de la conscience sera en partie développée lors du Concile Vatican II. Il écrit par la suite la Grammaire de l'assentiment, qui se veut une défense de la foi face au développement du positivisme. Le nouveau pape Léon XIII, élu en 1878, décide de le créer cardinal en 1879. John Newman meurt onze années plus tard à l’âge de 89 ans.

Théologien et christologue reconnu, il est l'une des figures majeures du catholicisme britannique, avec Thomas More, Henry Edward Manning et Ronald Knox. Il a exercé une influence considérable sur les intellectuels catholiques, notamment les auteurs venus de l'anglicanisme. Pour Xavier Tilliette, il apparaît comme « une grande personnalité singulière, une sorte de cierge pascal dans l'Église catholique du XIXe siècle ». Ses œuvres, dont la Grammaire de l'assentiment et l'Apologia Pro Vita Sua, sont une référence constante chez des écrivains tels que G. K. Chesterton, Evelyn Waugh ou Julien Green, mais aussi pour des théologiens et des philosophes comme Avery Dulles, Erich Przywara et Edith Stein, qui a traduit en allemand son ouvrage L'Idée d'université.

John Henry Newman a été proclamé vénérable par la Congrégation pour les causes des saints en 1991. Il a été béatifié à Birmingham, le 19 septembre 2010, par le pape Benoît XVI.

Auteurs similaires

Roland Minnerath1
prélat catholique
Alphonse de Liguori foto
Alphonse de Liguori
Saint catholique
David Moyer
prélat anglican américain converti au catholicisme
Jean-Marie Lustiger foto
Jean-Marie Lustiger1
prélat catholique
Nicole Oresme foto
Nicole Oresme
prélat catholique
Timothy Dolan foto
Timothy Dolan
prélat catholique
Joseph Bernardin
prélat catholique
James Gibbons foto
James Gibbons
prélat catholique
Hélder Câmara foto
Hélder Câmara
prélat catholique

Citations John Henry Newman

Publicité
Publicité

„The more I read of Athanasius, Theodoret, etc, the more I see that the ancients did make the Scriptures the basis of their belief.“

— John Henry Newman
Context: The more I read of Athanasius, Theodoret, etc, the more I see that the ancients did make the Scriptures the basis of their belief. The only question is, would they have done so in another point besides the θεολογία (theology), etc, which happened in the early ages to be in discussion? I incline to say the Creed is the faith necessary to salvation, as well as to Church communion, and to maintain that Scripture, according to the Fathers, is the authentic record and document of this faith. It surely is reasonable that 'necessary to salvation' should apply to the Baptismal Creed: 'In the name of,' etc (vid. He who believeth etc.). Now the Apostles' Creed is nothing but this; for the Holy Catholic Church, etc [in it] are but the medium through which God comes to us. Now this θεολογία, I say, the Fathers do certainly rest on Scripture, as upon two tables of stone. I am surprised more and more to see how entirely they fall into Hawkins’s theory even in set words, that Scripture proves and the Church teaches. [http://books. google. com/books? id=JbwJVBOvECwC&pg=PA66&dq=%22that+the+sacred+text+was+never+intended+to+teach+doctrine,+but+only+to+prove+it%22&hl=en&ei=k-RlTq__FOStsQKOwrCzCg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=3&ved=0CDMQ6AEwAg#v=onepage&q=%22that%20the%20sacred%20text%20was%20never%20intended%20to%20teach%20doctrine%2C%20but%20only%20to%20prove%20it%22&f=false] I believe it would be extremely difficult to show that tradition is ever considered by them (in matters of faith) more than interpretative of Scripture. It seems that when a heresy rose they said at once ‘That is not according to the Church's teaching,’ i. e. they decided it by the praejudicium [N. B. prescription] of authority. Again, when they met together in council, they brought the witness of tradition as a matter of fact, but when they discussed the matter in council, cleared their views, etc., proved their power, they always went to Scripture alone. They never said 'It must be so and so, because St. Cyrian says this, St. Clement explains in his third book of the "Paedagogue," etc.' and with reason; for the Fathers are a witness only as one voice, not in individual instances, or, much less, isolated passages, but every word of Scripture is inspired and available. To Richard Hurrell Froude, August 23, 1835. Letters and Correspondence of John Henry Newman During His Life in the English Church, 1890, Anne Mozley, ed., Longmans’s Green & Co., London, New York, Volume 2, p. 113. [http://books.google.com/books?id=uak8AAAAYAAJ&pg=PA113&dq=%22the+more+i+read+of+athanasius,+theodoret%22&hl=en&ei=CeBlTqH1K4m2sQL91pm3Cg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=2&ved=0CC8Q6AEwAQ#v=onepage&q=%22the%20more%20i%20read%20of%20athanasius%2C%20theodoret%22&f=false]

Publicité

„Growth is the only evidence of life.“

— John Henry Newman
[http://www.fordham.edu/halsall/mod/newman/apologia1.html Apologia pro Vita Sua] (1864).

Prochain
Anniversaires aujourd'hui
James H. Duff foto
James H. Duff
politicien américain 1883 - 1969
Thomas Jonathan Jackson foto
Thomas Jonathan Jackson
militaire américain 1824 - 1863
Joseph O'Conor foto
Joseph O'Conor
acteur et dramaturge 1916 - 2001
Paul Henri Thiry d'Holbach foto
Paul Henri Thiry d'Holbach9
savant français et philosophe matérialiste, d'origine allem… 1723 - 1789
Un autre 65 ans aujourd'hui
Auteurs similaires
Roland Minnerath1
prélat catholique
Alphonse de Liguori foto
Alphonse de Liguori
Saint catholique
David Moyer
prélat anglican américain converti au catholicisme
Jean-Marie Lustiger foto
Jean-Marie Lustiger1
prélat catholique