„Pour apprécier exactement la direction des idées de Mme Necker, il faut d’abord se rendre compte de l’effort qu’elle s’imposa en arrivant à Paris, afin de s’approprier la langue et les mœurs du pays dont elle avait à se faire adopter. Sainte-Beuve a dit qu’elle ne fut jamais qu’une fleur transplantée. Il semble que Mme Necker eût prévu la critique. « Pour avoir un goût parfait, disait-elle, faut-il être né dans un pays ou dans une société, à Paris par exemple, où l’on reçoive les principes du goût avec le lait et par l’autorité? Ou bien serait-il à préférer d’y arriver dans l’âge où l’on peut les acquérir sans préjugé et apprendre à juger par sa propre raison nouvellement éclairée? Ce goût ainsi formé serait plus sûr et plus dégagé de toutes les préventions du siècle, du lieu et de la mode. C’est ainsi que Rousseau, dans un objet plus grave, voulait qu’on ne prit une religion que quand la raison serait formée. » Mme Necker se vise manifestement elle-même dans cette dernière observation; et je ne sais pas d’exemple d’une acclimatation ou d’une naturalisation intellectuelle suivie avec plus de zèle. Il n’en coûtait rien à Grimm de ne paraître à Paris qu’un Allemand. Mme Necker voulut être Française.“

Publicité

Citations similaires

Octave Gréard photo
Octave Gréard photo
Publicité
Suzanne Curchod photo
Jean Tremblay photo
Octave Gréard photo
Suzanne Curchod photo
Octave Gréard photo
Marie de Sévigné photo
Publicité
Charles-Augustin Sainte-Beuve photo
Suzanne Curchod photo
Octave Gréard photo
Éric-Emmanuel Schmitt photo
Publicité
Anne-Thérèse de Marguenat de Courcelles photo
Octave Gréard photo
Jane Austen photo
François-René de Chateaubriand photo
Prochain